les autres hommes

Publié le par K.






Source Arte TV : À l’aide de documents scientifiques et artistiques, le réalisateur retrace l’histoire édifiante du regard occidental porté sur l’“Autre”, le “primitif”, depuis les premières descriptions du “bon sauvage” et du “chasseur de têtes” jusqu’aux travaux d’ethnologues comme Marcel Griaule ou Claude Lévi-Strauss qui, au XXe siècle, ont remis en cause bien des préjugés. Il nous remémore les grandes étapes de l’expansion européenne, qui débutèrent avec les conquêtes maritimes du XVe siècle et dont les guerres coloniales du XIXe siècle marquèrent l’apogée. Devant cette avancée dévastatrice de l’homme blanc, l’Autre devait disparaître ou se soumettre, avant que ne s’amorce une lente évolution des mentalités.

D’un regard à l’autre
Depuis le XVe siècle et la découverte du Nouveau Monde, l’histoire des hommes fut profondément marquée par l’expansionnisme de l’Occident, qui tenta d’imposer son modèle économique, politique et religieux à des sociétés qui, pour la plupart, ne survécurent pas à ce contact. Mais l’imaginaire de ces peuples se perpétue à travers les œuvres qu’ils ont créées et qui sont désormais exposées dans les plus grands musées. Dans cet héritage complexe s’exprime quelque chose d’essentiel : un rapport au monde différent du nôtre, fruit d’une pensée élaborée que notre aveuglement nous empêcha longtemps de percevoir.
Piégés par leur ethnocentrisme et leur rationalisme, les conquérants, missionnaires, commerçants, explorateurs et autres colons ne virent souvent dans l’expression de ces cultures (danses, chants, costumes, sculptures, rites) que folklore, sorcellerie et superstition. Ce documentaire raconte l’histoire tourmentée de cette rencontre avec des cultures originales et mesure le chemin parcouru jusqu’à la reconnaissance des “autres hommes”, trop longtemps appelés “primitifs”. Réunissant des images d’archives exceptionnelles (extraits de films coloniaux, exotiques, scientifiques, images des expositions universelles…), il montre, au fil des siècles, les limites et les évolutions du regard porté sur l’Autre.

“Il s’agit de nous pencher avec lucidité sur une histoire récente, la nôtre, et de relier les événements entre eux pour mesurer quelle fut l’arrogance du monde occidental, pour comprendre notre responsabilité dans l’équilibre d’un monde que nous savons désormais nécessairement pluriel”, explique Michel Viotte, qui a réalisé entre autres "Les amants de l’aventure" et "Le dernier safari". Chaque plan de son film nous parle de nos peurs, de nos ignorances, de nos vanités, de nos cupidités, mais aussi de nos rêves, de nos courages, de notre volonté de connaître et de comprendre. Dénué de toute nostalgie, adoptant une position critique et humaniste, il interroge avec force la place accordée aujourd’hui aux civilisations et aux arts dits “premiers”.



Publié dans d'autres hommes

Commenter cet article